Les « Baby-boomers » : une nouvelle génération de retraités

De quelle génération parlons-nous ? Celle qui a connu la vague de mai 68 !

La génération née dans les années 1950 et 1960, et qui a vécu sa jeunesse dans les années 70.

Les « soixante-huitards » se sont construits en rupture par rapport à la génération précédente. Il est difficile de leur demander de partager le même statut de retraité que leurs parents.
Pour atteindre le « 4ème âge » dans de bonnes conditions, le plus pressant est de valoriser le rôle des nouveaux seniors dans la société. Car aujourd’hui, pour les « baby-boomers », plus que l’âge réel, c’est le départ à la retraite qui marque la césure générationnelle.

 

  • Une génération qui se projette difficilement dans l’avenir
    Ces seniors se projettent moins dans l’avenir que la génération précédente : « quand je serai à la retraite j’aurai du temps pour réfléchir … ! »
    xxx
  • Une génération qui ose revendiquer haut et fort, et qui sait se faire entendre
    Si les seniors précédents étaient plus dociles et davantage soumis à l’autorité, il n’en ira pas de même pour ceux qui se profilent.
    xxx
  • Une génération dont les enfants ne constituent plus le bâton de vieillesse
    Lorsque ces seniors se projettent dans l’avenir, c’est « avec les autres », en communauté ! Ils ont grandi avec des revendications libertaires et ont la liberté dans le sang ! Hors de question d’envisager une quelconque dépendance à leurs enfants.
    xxx
  • Une génération qui a connu le plein emploi, qui dépense volontiers son argent, et dont le « bien-être » est une revendication, voire une exigence
    Ils n’envisagent pas une vie faite d’économies et de privations. Leur leitmotiv « se faire plaisir, profiter de la vie… car elle est courte ! »
    xxx
  • Une génération qui a voyagé, aime la musique rock, s’habille à la mode et refuse de vieillir
    Ces nouveaux seniors sont par définition « actifs » et acteurs de leur vie.
    nb. Leurs activités, même en EMS, ne pourront être constituées de macramé, ou d’ateliers d’occupation ou de thés dansants. La société doit repenser son concept, et ce, même si le senior est malade ou impotent.
    xxx
  • Une génération qui connaît les outils informatiques et est habituée à consulter le web
    Ces seniors maîtrisent les nouvelles technologies et n’hésitent pas à y recourir.

xxxxx

Lausanne Région
(par Silva Müller Devaud)